Suivez nous

Quels sont les droits financiers de la femme dans un mariage musulman

Dans l’islam, les femmes bénéficient de plus de droits financiers et de sécurité par rapport aux hommes. Une femme musulmane mariée n’est pas tenue de dépenser l’argent de son revenu ou de ses biens pour son mari ou son ménage.

La dot (mahr)

Un marié doit présenter un cadeau de mariage à la mariée, également connu sous le nom de Mahr (dot). La femme peut choisir son Mahr. Il est négocié avant le mariage d’un couple musulman et souvent déclaré par écrit.

La plupart des mariées recevront normalement de l’argent ou de l’or. Ceci est mentionné dans le Coran : « Et donnez aux épouses leur mahr , de bonne grâce. Si de bon gré elles vous en abandonnent quelque chose, disposez-en alors à votre aise et de bon cœur.» [Coran Sourate Annissa 4:4] 

Il n’y a pas de limite supérieure ou inférieure pour le Mahr, mais l’islam encourage un Mahr raisonnable. Il n’y a donc pas de charge financière avant de commencer le mariage. Les femmes ne sont pas censées payer le Mahr à leur mari. 

Le Prophète (paix et bénédictions d’Allah sur lui) a également dit : ”Le meilleur des mahrs est le plus simple (ou le plus abordable).” rapporté par al-Haakim et al-Bayhaqi,

Ibn ‘Abbas a rapporté que l’Imam Ali a dit : J’ai épousé Fatimah (qu’Allah soit satisfait d’elle) et j’ai dit: “Ô Messager d’Allah, laisse-moi poursuivre le mariage.” Il a dit : « Donnez-lui quelque chose. J’ai dit : « Je n’ai rien. Il a dit : ‘Où est ton bouclier ?’ J’ai dit, ‘Je l’ai avec moi.’ Il a dit : « Donne-le-lui ».

La prise en charge financière du ménage incombe à l’homme

Les érudits islamiques et la charia stipulent qu’il incombe au mari de subvenir aux besoins de sa femme et de sa famille. Le Prophète Muhammad (pssl) a dit : 

« Chacun de vous est berger et responsable de son troupeau. Le chef du peuple est un gardien et est responsable de ses sujets. Un homme est le gardien de sa famille et il en est responsable. Une femme est la gardienne de la maison de son mari et de ses enfants et elle est responsable d’eux. [Sahih Muslim / Boukhari].

Nafaqah un des droits financiers de l’épouse

Un mari doit financer toutes les dépenses nécessaires de sa femme. Nafaqah ou nafkah est le terme juridique islamique désignant le soutien financier obligatoire qu’un mari doit fournir à sa femme pendant le mariage et pendant une période après le divorce connue sous le nom d’ Iddah.

En vertu d’un contrat de mariage islamique , le mari est tenu de payer le logement, la nourriture, les frais médicaux et les vêtements de sa femme pendant leur mariage. Si un mari ne paie pas Nafaqah, c’est une dette envers la femme, qui doit être payée lorsque cela est possible.

Dans la société moderne, il y a beaucoup d’attentes matérialistes. Un mari musulman devait subvenir aux nécessités plutôt qu’aux luxes, comme les vacances à l’étranger. Se souvenir : “Au père de l´enfant de les nourrir et vêtir de manière convenable. Nul ne doit supporter plus que ses moyens.” [al-Baqarah 2:233]

Subvenir aux besoins selon les moyens

Si un homme est riche, il aura naturellement les moyens financiers de subvenir aux besoins de sa famille. Mais si un mari rencontre des difficultés financières, il est conseillé à la femme de vivre avec ce qu’il peut se permettre.

Le Coran déclare : « Que celui qui est aisé dépense de sa fortune; et que celui dont les biens sont restreints dépense selon ce qu´Allah lui a accordé. Allah n´impose à personne que selon ce qu´Il lui a donné, et Allah fera succéder l´aisance à la gêne. » [sourate al Talaq 65:7]

Le Prophète Mohamed (PSL) a ainsi conseillé à une femme de ne pas dépenser l’argent de son mari de manière extravagante. Elle ne devrait en effet, dépenser que ce qui est nécessaire pour un niveau de vie raisonnable.

‘Aa’ishah a dit: “Hind bint ‘Utbah, la femme d’Abu Soufyan, est entrée chez le Messager d’Allah (paix et bénédictions d’Allah sur lui) et a dit: ‘Ô Messager d’Allah, Abou Soufyan est un homme avare qui ne dépense pas assez pour moi et mes enfants, sauf pour ce que je tire de sa richesse à son insu. Y a-t-il un péché sur moi pour avoir fait cela ? Le Messager d’Allah (paix et bénédictions d’Allah sur lui) a dit :  “Prenez de sa richesse sur une base raisonnable, seulement ce qui est suffisant pour vous et vos enfants.” » (Rapporté par al-Bukhaari, 5049 ; Muslim, 1714)   

Le logement à la charge du mari

Un mari musulman doit fournir à sa femme un logement sûr qu’il peut se permettre de la dissimuler aux regards des gens et la protéger de la chaleur et du froid afin qu’elle puisse vaquer à ses occupations, se détendre et garder ses affaires en ordre. Dans l’islam, une épouse a en effet, le droit de vivre séparée de sa belle-famille. 

Par ailleurs, l’islam n’empêche ni ne décourage les femmes d’avoir un emploi. La réalité est que de nombreuses épouses musulmanes travaillent et peuvent avoir plusieurs sources de revenus. Les épouses ne sont pas obligées de divulguer combien elles gagnent et peuvent le dépenser comme bon leur semble. 

Independence financière de la femme en islam

Dans l’islam, les femmes partagent les mêmes droits que les hommes en ce qui concerne leurs revenus. Le Coran déclare : « Et ne convoitez pas ce par quoi Allah a fait que certains d’entre vous surpassent les autres ; les hommes auront le bénéfice de ce qu’ils gagnent et les femmes auront le bénéfice de ce qu’elles gagnent ; » (4:32).

Indépendamment de sa richesse, elle n’est pas obligée de la dépenser pour son ménage ou sa famille. Mais si une femme contribue financièrement par affection ou veut soulager son mari de tout fardeau et dissimuler ses défauts, Allah (swt) la bénira pour cela.

Le Coran déclare :  “Ils sont ton vêtement, et tu es un vêtement pour eux” [Coran, 2:187]. 

En matière de droits financiers, l’islam a donné aux femmes musulmanes le droit de gagner de l’argent et de posséder des biens sans l’ingérence des hommes, y compris de leurs maris.

L’argent est l’une des principales causes des problèmes conjugaux. Il est donc important que les couples mariés puissent se communiquer ce qu’ils croient être des nécessités et des luxes pour éviter des attentes irréalistes dans un mariage.

Les maris et les femmes doivent travailler ensemble pour avoir un mariage paisible et aimant : « Et parmi ses signes, il y a celui-ci, qu’il a créé pour vous des compagnons parmi vous, afin que vous puissiez habiter en paix et en tranquillité avec eux. Et il a mis de l’amour et de la miséricorde entre vos (cœurs) : En vérité, il y a là des signes pour ceux qui réfléchissent.  (30:21 )