Suivez nous

Ablutions : rempart des musulmans contre la covid-19 (étude)

Les  ablutions cinq fois par jour avant les prières obligatoires ont contribué grandement  à diminuer le risque de propagation du Covid-19 dans les communautés musulmanes britanniques. C’est l’affirmation d’une récente étude menée par le professeur Richard Webber de l’université de Newcastle, ainsi que l’écrivain et ancien politicien Trevor Philipps.

En effet, l’étude démontre que le nombre de cas au sein de la communauté musulmane était assez bas et moins exposés au virus. La raison réside dans le fait que les musulmans se nettoient cinq fois par jour (ablutions).

Selon les auteurs de l’étude, le faible taux d’emploi, en particulier des femmes musulmanes, aurait également contribué à contrôler et limiter la propagation du virus dans les zones où il y a un plus grand nombre de musulmans. Le manque d’emploi est synonyme d’une utilisation moindre des transports publics et des déplacements limités dans les lieux fortement fréquentés.

A cet effet, Trevor Philips a déclaré que « Blackburn, Bradford, Luton, Rochdale et Rotherham sont remarquables par leur absence sur la liste des endroits les plus touchés par le coronavirus, étant à la fois des zones non blanches et pauvres. Tous ces domaines ont une forte concentration de musulmans ».

Dans un article d’opinion publié dans le Times, Phillips souligne: «si la pauvreté était le facteur déterminant, nous nous attendrions à ce que le virus se propage parmi les communautés musulmanes pakistanaises britanniques et bangladaises ». Ce qui n’a pas été le cas. La seule explication plausible pour lui serait les ablutions fréquentes requises avant la prière des musulmans.

« Les ablutions pourraient avoir réduit le risque du Covid-19 au sein de la communauté musulmane », conclut-il.

Les données montrent que les musulmans ont été moins touchés dans de nombreuses régions du Royaume-Uni. Alors que les statistiques officielles montrent que les communautés BAME sont plus à risque de contracter le virus en raison d’une représentation plus élevée dans le NHS et de plusieurs générations vivant dans la même maison.

Cliquez pour commenter

Laisser un message

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *