Suivez nous

L’Église en Espagne reconnaît avoir 1000 biens qui ne lui appartiennent pas

L’Église en Espagne (catholique) a reconnu avoir un millier de propriétés dont la propriété n’est pas connue, ou qui correspondent à un tiers, et a convenu avec le gouvernement de les restituer, comme l’ont communiqué les deux parties récemment, après que le président de la Conférence épiscopale, Juan José Omella, a rencontré le président du gouvernement, Pedro Sánchez.

Le pacte a été rendu public après la rencontre entre Pedro Sánchez et le président de la Conférence épiscopale. Elle n’inclut pas les grandes cathédrales qu’elle a inscrites entre 1998 et 2015, comme la mosquée-cathédrale de Cordoue ou la cathédrale de Séville, profitant d’une réforme du gouvernement de José María Aznar.

Aussi, le président Sánchez et le cardinal Omella ont tenu une réunion au cours de laquelle, ils ont célébré l’accord sur les immatriculations conclu entre le gouvernement et la conférence épiscopale. L’exécutif a souligné le bon dialogue entretenu par les deux institutions. 

Biens appartenant  à l'Eglise en Espagne - El Diario
Biens appartenant à l’Eglise en Espagne – El Diario

L’Eglise en Espagne a fait une étude exhaustive de la liste des biens

Par ailleurs, un communiqué conjoint informe de certains détails de cet accord sur les immatriculations de biens, qui a été conclu après l’intensification des travaux de la commission créée par les deux parties en rapport avec cette affaire.

Le gouvernement a transmis l’an dernier au Congrès une liste de propriétés immatriculées (enregistrées pour la première fois) par l’Église en Espagne (catholique) entre les années 1998 et 2015 sur lesquelles la Conférence épiscopale a fait, selon les deux parties, une étude “exhaustive” en consultation avec les différents diocèses.

Ainsi, les biens ont été catalogués, divisés par diocèse et les PV d’immatriculation de chacun des biens ont été vérifiés, rapporte la note conjointe.

De cette étude réalisée par l’Église, il a été conclu qu’il existe un groupe de propriétés qu’elle considère appartenir à un tiers ou dont elle n’a pas de preuve de propriété. Plus précisément, il admet qu’il n’a aucune trace de propriété d’environ 1000 des 34 961 actifs immatriculés qui figurent sur la liste rendue publique par le gouvernement.

Les données de ces actifs ont déjà été fournies au gouvernement par la Conférence épiscopale et, après cela l’exécutif informera les entités locales et les registres de ces informations afin qu’ils puissent engager les processus de régularisation adéquat. À cette fin, l’Église a exprimé son engagement à collaborer afin de faciliter ces processus.

Suivez Heure de prière sur Facebook ici

Cliquez pour commenter

Laisser un message

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *