Suivez nous

En dix ans, le marché mondial des fonds islamiques a augmenté de 300 %

Le marché mondial des fonds islamiques a augmenté de plus de 300% au cours de la dernière décennie pour atteindre près de 200 milliards de dollars d’actifs sous gestion, a déclaré le Conseil général des banques et institutions financières islamiques (CIBAFI), basé à Bahreïn. mercredi.

Les actifs islamiques sous gestion (AuM) ont augmenté de 13,7% en 2020 malgré la pandémie de COVID-19. Bien que cela ait été plus lent que la croissance de 35,1% de 2019, a-t-il indiqué dans un rapport.

La croissance des actifs sous gestion des fonds islamiques a montré des signes de reprise l’année dernière. Atteignant 194,51 milliards de dollars fin du troisième trimestre, soit une augmentation de 17,1 % par rapport à 2020. Cependant, le secteur n’en est qu’à ses balbutiements par rapport aux fonds classiques.

La finance islamique, qui interdit les paiements d’intérêts et la spéculation monétaire pure et ne peut être utilisée que pour investir dans des actifs ou des portefeuilles conformes à la charia, est en hausse depuis de nombreuses années sur les marchés d’Afrique, du Moyen-Orient et d’Asie du Sud-Est. Il reste une industrie fragmentée avec des règles et des réglementations inégales.

“Avec la croissance du marché des investissements environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG), les fonds islamiques possèdent un énorme potentiel de croissance et devraient jouer un rôle de premier plan dans l’industrie des services financiers islamiques (IFSI) dans les années à venir”, a déclaré le secrétaire général du CIBAFI. Abdelilah Belatik a déclaré dans le rapport.

Une évolution constante des fonds islamiques

L’Arabie saoudite détient le plus d’actifs sous gestion sur le marché des fonds islamiques, suivie de l’Iran et la Malaisie.

La Malaisie, cependant, a le plus grand nombre de fonds avec 401. Suivie de l’Indonésie avec 209 et de l’Arabie saoudite avec 183. Il existe 1 508 fonds islamiques dans le monde, gérés par 345 institutions financières islamiques dans 29 pays.

Les défis pour le secteur comprennent le cadre réglementaire des fonds islamiques et l’adoption de normes réglementaires, la gouvernance de la charia, le manque d’investissements conformes à la charia, l’évolutivité et le développement du marché des capitaux à long terme, selon le rapport.

“Dans l’ensemble, malgré une croissance impressionnante au fil des ans, le marché mondial des fonds islamiques est relativement immature et beaucoup plus petit que son homologue”, indique le rapport.

Traduit depuis Reuters

Cliquez pour commenter

Laisser un message

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *