Suivez nous

Ghana : musulmans et chrétiens dialoguent pour la paix

Le premier dialogue national des dirigeants musulmans et chrétiens catholiques s’est tenu à Accra avec un appel aux dirigeants pour promouvoir la tolérance religieuse, la paix et la stabilité dans le pays.

Le programme, organisé par la Conférence des évêques catholiques du Ghana (GCBC) ; en collaboration avec le Bureau de l’imam en chef national, visait à approfondir les relations entre chrétiens et musulmans au Ghana et à trouver de meilleurs moyens de renforcer ces relations.

Étaient ainsi présents le président du GCBC, le révérend Philip Naameh, l’imam en chef national, le cheikh Dr Osman Nuhu Sharubutu ; le chef de la Ahmadiyya Muslim Mission Ghana, Maulvi Mohammed Bin Salih ; Clergé chrétien et musulman et autres organisations religieuses.

La révérend Naameh, a déclaré que la première rencontre entre les deux groupes religieux était historique. Il a déclaré aussi que la religion créait progressivement des tensions dans le monde ; ajoutant qu’un tel dialogue était crucial pour promouvoir la paix et la stabilité.

Le président du GCBC a déclaré que l’imam en chef national, qui incarne l’unité et la paix ; avait joué un rôle crucial dans le développement du pays.

Pour sa part, Cheikh Sharubutu a déclaré qu’il était nécessaire de créer une plate-forme ; pour promouvoir la paix et la stabilité entre chrétiens et musulmans.

Il a déclaré que la réunion était cruciale pour promouvoir la paix, la stabilité et le développement ; appelant les deux religions à maintenir des relations cordiales.

Musulmans et chrétiens dialoguent

L’imam en chef national a exprimé sa tristesse lorsqu’au nom de la religion, des gens tuent et provoquent des violences.

Il a assuré la collaboration des dirigeants musulmans avec les dirigeants chrétiens ; pour promouvoir la paix et la stabilité dans le pays ; ajoutant que les musulmans et les chrétiens avaient leurs différences, mais qu’ils devaient s’accommoder et se tolérer. 

Le directeur général du ministère de la Chefferie et des Affaires religieuses, M. Benjamin Afful, a déclaré ; que les organismes religieux avaient toujours été ouverts à la fourniture des éléments essentiels de nos besoins de développement, la santé, l’éducation et l’agriculture.

M. Afful a dis aussi que le dialogue chrétien et musulman était important dans le discours national de nous redécouvrir et de renouveler nos esprits et nos attitudes pour notre développement global.

Le directeur exécutif de l’Institut Sanneh, le professeur John Azumah, dans une présentation sur la perspective chrétienne sur le thème “Le besoin de dialogue à la lumière de la diversité interreligieuse”, a souligné la nécessité de promouvoir le dialogue entre chrétiens et musulmans puisqu’ils constituent la majorité.

Il a indiqué ainsi que si les deux religions ne s’entendaient pas, il n’y aurait pas de paix dans le monde ; ajoutant qu’il incombe aux chrétiens et aux musulmans de travailler ensemble pour assurer la paix et la stabilité dans le monde.

“Nous sommes tous un seul peuple, nous adorons un seul Dieu, nous sommes tous des enfants d’Abraham ; tous les enseignements des deux côtés nous disent de promouvoir la paix”, a-t-il ajouté.

Par ailleurs, le professeur Azumah a appelé les musulmans et les chrétiens à protéger la religion par le dialogue. Il a souligné dans ce cadre la nécessité pour les deux confessions de s’adresser aux extrémistes parmi eux.

Les vertus du dialogue religieux soulignées

Un membre du Conseil national de la paix, le chef Cheikh Salaman Mohammed Alhassan ; dans une présentation sur la perspective musulmane sur le thème “Le besoin de dialogue à la lumière de la diversité interconfessionnelle” ; a déclaré que pour améliorer la communauté, les chrétiens et les musulmans doivent travailler ensemble .

“Nous devrions rivaliser de bonnes actions, aidant ainsi la communauté par l’aumône ; et chercher le développement de nos communautés”, a-t-il ajouté.

Cheikh Alhassan, qui est également l’imam en chef de Madina ouest et ses environs, a déclaré ; “Avec un dialogue continu, nous serions en mesure de prévenir le mal et d’attirer le bien”, a-t-il ajouté.

Cliquez pour commenter

Laisser un message

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *