Suivez nous

Inde : L’église syro-malabar défend la théorie du Love Jihad

Les théories du complot anti-musulman, Love Jihad, autrefois réservées aux nationalistes hindous se répandent dans les communautés chrétiennes du Kerala.

Au début de l’année, le ministre en chef de l’État indien le plus peuplé de l’Uttar Pradesh, « Yogi » Adityanath, s’est rendu au Kerala et a critiqué son gouvernement du Front démocratique de gauche (LDF) pour ne pas promulguer une loi contre « Love Jihad ».

Un terme commun, inventé et popularisé par les groupes hindous de droite de l’Inde, « Love Jihad » signifie une conspiration maléfique conçue par des hommes musulmans pour piéger et convertir des femmes non musulmanes sous le couvert de l’amour. 

Le terme est utilisé avec désinvolture dans de nombreux cas d’histoires d’amour interconfessionnelles entre un homme musulman et une femme hindoue, souvent lorsque la famille et la communauté de cette dernière n’approuvent pas la relation. Le parti au pouvoir Bharatiya Janata (BJP), auquel Adityanath appartient, a soulevé à plusieurs reprises des inquiétudes et des questions sur la « sécurité » des femmes hindoues menacées par « Love Jihad ».

Love Jihad

Sauf que cette fois, Adityanath n’avertissait pas les femmes de la communauté majoritairement hindoue; de la menace supposée, mais celles d’une autre minorité, les chrétiennes.

Le discours d’Adityanath est intervenu un an après que l’église syro-malabar, qui est la deuxième plus grande église catholique orientale au monde après l’église ukrainienne, a publié une déclaration disant que les filles chrétiennes sont « ciblées » au nom de « Love Jihad » au Kerala .

« La croissance de Love Jihad met en danger l’harmonie et la paix communautaires au Kerala. C’est un fait que les filles chrétiennes sont ciblées par le Love Jihad dans l’État » ; a déclaré l’église dans un communiqué.

Cette déclaration, n’était qu’une première dans ce qui allait devenir une série sporadique et progressive de commentaires et de signaux sur « Love Jihad » non pas par un autre groupe hindou de droite mais par l’église la plus importante du Kerala.

Le Kerala se classe au sommet de divers marqueurs du développement humain de l’Inde, notamment l’éducation et la santé. Mais il possède également une démographie religieuse – 54% hindoue, 26% musulmane et 18% chrétienne – souvent citée comme un exemple d’unité dans la diversité.

Cependant, un ancien porte-parole de l’église, le père Paul Thelakat, s’est prononcé contre la posture de « Love Jihad » de l’église. Thelakat, qui dirige un journal catholique appelé Sathyadeepam, a souligné que le récit ; colporté par l’église “n’est pas seulement communautaire” mais aussi “profondément sexiste“.

« Les femmes chrétiennes ne sont pas si naïves et crédules ; qu’elles peuvent être manipulées par n’importe qui pour tomber amoureuse d’elles, puis se convertir de force. C’est une entente condescendante », a-t-il déclaré à ce journaliste.

Le Narcotics Jihad

Le « Love Jihad » n’est pas la seule théorie du complot anti-musulman. Les avertissements de l’église incluent désormais aussi « Narcotics Jihad ». En septembre de cette année, un évêque principal de l’Église syro-malabar, l’évêque Joseph Kallarangatt ; a accusé les musulmans d’un effort concerté de « djihad des stupéfiants », avec la drogue au lieu de l’amour comme leurre.

« Ils ont réalisé que dans une nation comme l’Inde, prendre les armes et en détruire d’autres n’est pas facile ; ils utilisent d’autres moyens. Leur objectif est de promouvoir leur religion et de mettre fin aux non-musulmans. Ils utilisent ‘Love Jihad’ et ‘Narcotics Jihad’ », a-t-il déclaré.

La déclaration a immédiatement déclenché des réactions sur les réseaux sociaux, où les gens se sont demandé comment tant de choses à la fois – de l’amour à la drogue – peuvent être liées au djihad.

Les autorités locales interviennent

Le Premier ministre du Kerala est intervenu et a tenu une conférence de presse pour rejeter ces récits. Pinarayi Vijayan a cité des données gouvernementales pour nier tout lien entre un groupe religieux particulier et l’abus de drogues. Vijayan a déclaré qu’il y avait 4 941 cas au Kerala ; en vertu de la Loi sur les stupéfiants et les substances psychotropes en 2020. Sur les 5 422 personnes accusées, environ 50 % étaient hindous, 35 % musulmans et 16 % chrétiens.  « Il n’y a pas de ratio inhabituel dans ces chiffres. Le trafic des stupéfiants n’est pas basé sur la religion », affirme Vijayan.

Le diocèse de l’évêque a tenté de contrer l’indignation en précisant que ses déclarations ; n’étaient pas dirigées contre une communauté en particulier, mais qu’elles ; « mettaient seulement en garde contre les tendances dangereuses prévalant dans la société ».

L’évêque et son diocèse ont cessé de faire des déclarations ou de répondre aux questions ; depuis l’éclatement de la polémique « Narcotics Jihad », mais les observateurs politiques affirment ; que ses déclarations et la proximité de l’église avec les groupes nationalistes de droite trahissent une plus grande insécurité.

La population croissante des communautés hindoue et musulmane et la population largement stagnante des chrétiens du Kerala signifient que le pouvoir politique de ces derniers et leur capacité à être considérés comme une « banque de votes » digne de ce nom vont diminuer.

Quelques jours après la remarque de l’évêque sur le « Jihad narcotique », un autre prêtre local ; faisait écho à ses déclarations lors d’un service de prière dominical dans une église ; du district à majorité chrétienne de Kottayam au Kerala. Quatre religieuses présentes sont sorties du service et l’ont accusé de « semer les graines du communautarisme ».

Prolifération des théories du complot anti-musulman

Mais malgré ces dissidents virulents, il est préoccupant que, dans un État jusqu’ici plus ou moins immunisé contre une telle intolérance, des théories du complot anti-musulman et des rumeurs ciblant une communauté minoritaire se soient enracinées et aient eu des répercussions politiques, sociales et économiques.

Cliquez pour commenter

Laisser un message

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *