Suivez nous

La mairie de Romorantin prévoit d’agrandir le carré musulman de la ville

Le carré musulman du cimetière Saint-Marc  à Romorantin  commence à etre  à l’étroit. La mairie va relever des tombes pour agrandir le carré musulman et cherche un terrain pour un nouveau cimetière.

Créé il y a une dizaine d’années, le carré musulman du cimetière Saint-Marc commence à être à l’étroit. Sur la vingtaine de places disponibles, il n’en reste que sept. Pour agrandir le carré dédié aux personnes de confession musulmane, la mairie va procéder d’ici deux mois au relèvement de 69 tombes d’indigents qui le jouxtent. En effet, « trente-quatre tombes vont être attribuées au carré musulman. Ça va nous mettre à l’abri pour deux ou trois ans », estime Jeanny Lorgeoux, maire de Romorantin. Les 35 autres tombes relevées seront attribuées aux personnes non-musulmanes.

Le carré musulman de la ville de Romorantin

Aussi, des cas exceptionnels qui deviennent la norme« La problématique du carré musulman s’est créée dans les années 70 », rembobine le maire de Romorantin. Depuis cette période, la propension de personnes de confession musulmane a augmenté dans la population municipale. Avant la création du carré musulman, les défunts de Romorantin étaient enterrés au cimetière de Blois.

« La grande majorité des personnes décédées se faisaient rapatrier dans leur pays d’origine. Mais il y a toujours eu des cas exceptionnels. Des Africains ou des réfugiés politiques, ça peut arriver qu’ils ne puissent pas être rapatriés », raconte Mohamed M’Barek, président de l’association culturelle des Marocains de Romorantin. Autre circonstance exceptionnelle : l’épidémie de Covid qui a bloqué les transferts des dépouilles entre les pays.

À cela s’ajoute également un changement de mentalité entre les générations. Les petits-enfants des immigrants des années 60-70 n’ont pas forcément le désir d’être enterrés sur la terre de leurs ancêtres. Ils naissent, vivent, se marient, font des enfants en France. « Avec la génération qui vient, ca va être un problème. Les rapatriements vont baisser et il va y avoir un besoin », estime le président de l’association. En effet, les enterrements en France, qui étaient exceptionnels ces dernières années, pourraient peu à peu devenir la norme.

En agrandissant le carré, la mairie anticipe donc une hausse des enterrements dans ce secteur du cimetière. Cet élargissement va également s’accompagner de la création d’un carré musulman dans le futur cimetière qui devrait voir le jour d’ici quelques années.

Cliquez pour commenter

Laisser un message

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *