Suivez nous

Les leçons du petit garçon musulman Rayan à nous tous

Il y a quelques jours, dans la ville de Chefchaouen au nord du Maroc, un enfant de cinq ans, Rayan est tombé dans un gouffre sans fond de 50 mètres. Rayan a été piégé pendant cinq jours pendant que les secouristes s’efforçaient de le libérer.

L’urgence de la situation a ému les réseaux sociaux, et les internautes ont organisé un mouvement de soutien au jeune Rayan.

Vous n’avez pas besoin d’avoir des rides pour être un héros. À bien des égards, nos enfants sont nos professeurs ainsi que nos élèves.

La Oumma s’est blessée au membre et tout le corps a ressenti la fièvre.

Cette tragédie est une leçon pour nous à bien des égards

L’émotion que cet événement a provoquée ne s’est pas limitée au monde virtuel. Elle a surtout été ressentie par les habitants de Chefchaouen, qui se sont rassemblés par milliers et ont participé à l’opération de sauvetage. Les images puissantes de ces personnes mobilisées pour leur enfant montrent que la communauté de Mohamed (paix soit sur lui) n’est pas une communauté d’artifice. C’est réel, et les sentiments qui les animent sont plus palpables que roc.

Ces retrouvailles autour de notre jeune frère prouvent en effet à quel point les valeurs de communauté, de soutien et d’entraide perdurent dans les pays musulmans.

Les journaux étrangers ont le mieux résumé la puissance de ce rassemblement de musulmans. Certains journaux titraient ” Pour sauver leur enfant ; Le Maroc a déplacé une montagne.”

Sur les réseaux sociaux, Marocains et Algériens ont montré qu’ils étaient frères. L’histoire de Rayan a prouvé qu’il s’agit là de la réalité, et non d’une invention de journaliste.

La dernière leçon à tirer de cette mésaventure est peut-être plus sombre. C’est voir la malléabilité des masses dans le monde d’aujourd’hui. Des milliers de chutes de Rayan chaque jour. Ces âmes silencieuses méritent notre chagrin autant que le jeune Rayan.

Rayan décède mais pas pour rien

Samedi soir, les secouristes ont finalement réussi à sortir le petit Rayan. Il a été retrouvé dans un corps sans vie. Son âme avait rejoint son père Ibrahim – la paix soit sur lui.

Samurah ibn Jundub (qu’Allah soit satisfait de lui) a rapporté : Le Messager d’Allah (paix soit sur lui) avait souvent l’habitude de dire à ses compagnons : « Quelqu’un parmi vous a-t-il vu un rêve ? et quiconque Allah voulait lui racontait ce qu’il avait vu. Un jour, il a dit : « Hier soir, deux personnes sont venues vers moi et m’ont fait me lever, et ils m’ont dit : ‘Allons-y.’ Alors je suis parti avec eux…”

Il a mentionné des choses qu’il avait vues, puis il a dit : « Nous sommes partis, et nous sommes arrivés dans un jardin verdoyant, dans lequel étaient toutes les couleurs du printemps, où il y avait un homme qui était si grand que je pouvais à peine voir sa tête. dans le ciel. Autour de l’homme se trouvait le plus grand nombre d’enfants que j’aie jamais vu…”

Ensuite, parmi les choses que les deux anges lui ont expliquées, il y avait : « Quant à l’homme de grande taille qui était dans le jardin, c’était Ibrahim (la paix soit sur lui). Quant aux enfants qui l’entouraient, ce sont tous les enfants qui sont morts en état de fitrah (pas encore adulte). L’un des musulmans a dit: “Ô Messager d’Allah (que la paix soit sur lui), qu’en est-il des enfants des mushrikeen (non-musulman)?” Il a dit: “Et les enfants des mushrikeen.”

Sahih Boukhari

A chaque lecteur lisant cet article. N’oubliez pas de faire des invocations pour les parents de cet enfant courageux. Nos enfants sont de nous et nous sommes d’eux. 

Il ne nous reste qu’à nous souvenir des leçons cruciales que Rayan nous a enseignées au prix de sa vie.

Qu’Allah fasse miséricorde à Rayan et qu’Il embellisse sa maison dans Son immense paradis.

Cliquez pour commenter

Laisser un message

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *