Suivez nous

Les contributions islamiques ont varié de la science au café

Les contributions islamiques exceptionnelles ont non seulement amélioré et servi à enrichir nos vies, mais ont également apporté une reconnaissance et du réconfort aux gens.

En effet, la caractéristique la plus distinctive de l’Islam est double. Premièrement, c’est la seule religion qui prétend être et est la religion finale, universelle et éternelle pour tous les temps et pour tous les peuples. Deuxièmement, c’est la seule religion qui reconnaît et témoigne de la véracité de toutes les autres religions et prétend que la vérité n’est pas le monopole de l’Islam seul.

Par ailleurs, les efforts islamiques couvrent un large éventail de domaines allant des sciences, de la littérature, du commerce et de l’entrepreneuriat à la médecine, aux médias, à la musique et aux sports. Leurs contributions exceptionnelles à l’humanité ; sont rarement reconnues et connues sauf par quelques-uns. Ceux-ci ont enrichi notre passé, le font actuellement et inspireront et motiveront les générations à venir.

Un rôle déterminant de l’islam

L’Islam, nom donné par Allah à cette religion (Coran 5:4), est un mot arabe qui signifie littéralement obéissance et paix. L’islam est dérivé de la racine arabe « salema » ; paix, pureté, soumission et obéissance. Ainsi, l’Islam signifierait le chemin de ceux qui obéissent à Allah et qui établissent la paix avec Lui et Ses créatures. Ses adeptes sont appelés musulmans.

L’Islam n’est pas une nouvelle religion. C’est, en effet en substance, le même message et les mêmes conseils qu’Allah a révélés à tous les prophètes avant le Prophète Muhammad, que la paix soit sur lui. 

Ainsi, Allah dit dans le Coran sourate al imrane 3-84 : «  Dis : “Nous croyons en Allah, à ce qu´on a fait descendre sur nous, à ce qu´on a fait descendre sur Abraham, Ismaël, Isaac, Jacob et les Tribus, et à ce qui a été apporté à Moïse, à Jésus et aux prophètes, de la part de leur Seigneur : nous ne faisons aucune différence entre eux; et c´est à Lui que nous sommes Soumis”..

Sunnite et chiite sont ses deux branches principales, sur le total de 73 sectes différentes dans l’Islam. Comme toute autre religion majeure, les musulmans intègrent un large éventail d’opinions allant des conservateurs, des modérés, des libéraux aux laïcs et aux révolutionnaires.

De l’ignorance au savoir

« Lis ! car ton Seigneur est le Très Noble, Qui a enseigné par la plume, Qui a enseigné à l’homme ce qu’il ne savait pas. »

Coran (sourate 96, versets 3 à 5)

« Et dis : Ô mon Seigneur, fais-moi croître en science ! »

Coran (sourate 20, verset 114)

Ce fut un changement assez miraculeux lorsque Muhammad (que la paix soit sur lui) a surpris le monde en transformant ces mêmes tribus du désert en promoteurs actifs de l’islam dans les coins les plus reculés de l’Asie, de l’Afrique et de l’Europe. Il a développé une culture qui a créé des merveilles d’une beauté et d’une sophistication incroyables.

Le prophète Mohammad est né en 570 AC à La Mecque. Il était calme et digne de confiance. Ils l’ont appelé “Al-Amin”. Il prétendait être le prophète de Dieu et enseignait qu’il n’y avait qu’un seul Dieu.

Mohamed a été persécuté par les habitants de la Mecque. Il part pour Médine à l’invitation de ses habitants. À ce jour, ce voyage est célébré comme Hijrat en arabe. Le calendrier lunaire musulman commence à cette date 622. La ville de Yethrib a été rebaptisée Medina-tun-Nabi en son honneur de ville du Prophète.

Intérêt des musulmans pour la science

Les musulmans arabes ont progressé et ont montré un nouvel intérêt pour la science. Notre monde moderne doit aux Arabes musulmans cet esprit d’enquête. Les musulmans ont introduit une nouvelle recherche scientifique qui a donné des droits au progrès en astronomie, chimie, physique, mathématiciens, philosophie, littérature, art, architecture et musique.

La route de la soie, un réseau commercial qui s’étendait de la Chine à la Turquie ; était entretenue par les dirigeants islamiques. Bien que rendue célèbre par le commerce de la soie, cette route commerciale essentielle a également transmis des technologies et des idées telles que la puissance des armes à feu, le papier et la roue hydraulique. Les contributions provenaient des centres économiques des villes byzantines et islamiques comme Constantinople et Alexandrie.

L’astronomie, la géographie, la philosophie et la littérature ont transcrit les œuvres des Grecs, des Indiens et d’autres en arabe et se sont appuyées sur leurs découvertes et leurs recherches.

Les vertus de l’ouverture sur le monde

Les érudits musulmans ont étudié les tables de Ptolémée et ont fait leurs propres observations qu’ils ont améliorées et utilisées à des fins multiples. Des scientifiques musulmans, comme Ibn-Al-Hayan, ont étudié l’optique et ont fait de grands progrès dans ce domaine. 

Ils s’intéressaient également au chronométrage et les inventeurs Ibn-Haytham et Al-Jazari ont conçu divers types d’horloges. En géographie et en histoire ; Ibn Battuta est considéré ; comme l’un des plus grands voyageurs de tous les temps.

En philosophie et en poésie, Averroès et Rumi ; sont mondialement connus. La tolérance et l’apprentissage qui ont caractérisé une grande partie de l’histoire islamique ont permis ces avancées et cette contribution. Al Beruni était également un grand historien, dont les contributions sont incommensurables. Hafiz Sa’adi est connu pour son mysticisme.

Par ailleurs, l’Islam était responsable de la création de la première bibliothèque publique au début de la décennie Islam. Les mosquées étaient des plaques tournantes pour le discours intellectuel à travers les terres musulmanes. Ils servaient de lieu de culte, abritaient des bibliothèques de livres sur la religion, la philosophie et la science. Ces derniers étaient ouverts à tous.

La médecine

Qasim Al Zahrawi était ; un chirurgien musulman du 10ème siècle décrit comme exceptionnel et qui a inventé de nombreux outils encore utilisés dans la chirurgie moderne tels que le scalpel et les ciseaux chirurgicaux. Il a également découvert que le catgut était un matériau fiable pour piquer les tissus internes afin d’éviter une deuxième intervention chirurgicale pour enlever les points de suture.

Au 11ème siècle, Ibnul-Haytham a renversé les idées sur la façon dont nous voyons et trouvons que la lumière n’est pas émise par l’œil lui-même mais est en fait réfléchie par un objet et pénètre dans l’œil.

Ibn-e-Sina (Abicenna), l’un des plus grands médecins de l’histoire, a écrit un « Cannon of Medicine » révolutionnaire. Aussi, les hôpitaux musulmans ont traité une variété de maladies, avec des développements dans les pharmacies. Aussi, la zoologie et la médecine vétérinaire en ont découlé. Ibn Al Naffs a découvert en effet, le système pulmonaire ou circulation sanguine. Ibn Firnas fait partie des premiers aviateurs que l’on connaît à peine.

Les mathématiques et la chimie

L’étude de l’algèbre a prospéré à l’âge d’or sous la bourse d’Al Khwarizmi. Il a utilisé une opération pour résoudre des équations quadratiques. Il a servi de théorie unificatrice qui a élargi le chemin des mathématiques.

Jābir ibn Hayyān, connu par Geber par les auteurs latins du Moyen Âge , fut ainsi le fondateur de l’alchimie arabe et l’une des figures les plus éminentes de la science médiévale. Ses travaux permirent à l’alchimie de se dégager des pratiques occultes et exercèrent une grande influence sur les théories chimiques jusqu’au xviiie siècle.

Même le café

Les grains de café étaient originaires d’Éthiopie, mais les Arabes musulmans ont développé la boisson que nous connaissons sous le nom de café au Yémen du XVe siècle. Les soufis buvaient du café pour éviter de dormir afin de pouvoir prier toute la nuit.

L’influence andalouse

Dans l’Espagne du huitième siècle, Cordoue était ainsi l’endroit le plus attrayant où vivre, c’était le cœur de la culture mauresque. Il y avait des rues bien pavées, des trottoirs surélevés pour les piétons. La nuit, les rues étaient éclairées par des lampes. Il y avait 900 bains publics, les pauvres préféraient avoir faim mais pas sans savon. 

La grande mosquée de Cordoue (La Mezquita) est une merveille architecturale avec ses 1 000 colonnes. Il était éclairé ; par des lampes en laiton et en argent qui brûlaient de l’huile parfumée.

Toutefois, l’éducation était universelle en Espagne, accessible à tous, tandis qu’en Europe chrétienne, 99% de la population était analphabète. Même la royauté était illettrée. En effet, l’Europe à cette époque n’avait que deux universités, les Maures (peuple africain musulman d’origine mixte berbère et arabe) en avaient 17. Celles-ci étaient situées à Cordoue ; Grenade, Jaén, Malaga, Séville et Tolède. L’Europe des Xe et XIe siècles n’avait pas de bibliothèques : l’Espagne mauresque en comptait 70. Une bibliothèque à Cordoue comptait 6 000 manuscrits.

Enfin, il n’est pas possible de lister toutes les contributions islamiques dans cet espace. Mais cet aperçu nous permet de créer plus de compréhension et de bonne volonté entre nos diverses cultures. Il nous permet toutefois, d’éliminer la peur et l’incompréhension. Il inculquera la paix, la compassion et l’amitié.

Abonnez-vous à notre Newsletter

[mc4wp_form id=”8037″]

Cliquez pour commenter

Laisser un message

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *