Suivez nous

Sacrifice de l’Aïd al-Adha (odhiya -qurbani): réponses aux questions

Les jours de Dhul Hijjah et de la fête de l’Aïd al-Adha sont l’une des périodes les plus importantes du calendrier musulman. Beaucoup d’entre nous procéderont au sacrifice de Aid Adha (Qurbani, udhiya) au cours des prochaines semaines, et il est important que nous remplissions cette obligation de manière correcte. Ici, nous répondons aux questions les plus courantes sur cet important acte de culte.

Qu’est-ce que le sacrifice de Aid Adha (Odhiya-Qurbani) ?

Qurbani ou Udhiya est un sacrifice annuel d’un animal offert à Allah pendant les jours de l’Aïd al-Adha, marquant l’achèvement du Hajj. En Arabe, le terme « al-Udhiya » désigne « le sacrifice d’une bête dans le but de se rapprocher d’Allâh.

Ce sacrifice commémore les actions du Prophète Ibrahim (as) , lorsqu’il était prêt à sacrifier son fils bien-aimé Ismail (as) ; après avoir vu dans un rêve qu’Allah (swt) voulait qu’il le fasse. Cependant, le rêve était un test d’Allah, et Il a envoyé un mouton du ciel pour être sacrifié à la place d’Ismail.

Ainsi, en sacrifiant un animal chaque année, nous confirmons que nous sommes prêts à sacrifier tout ce qu’Allah nous demande et à nous soumettre entièrement à Lui. 

Définition de udhiyyah

C’est l’animal abattu dans le culte de Dieu Tout-Puissant les jours spécifiés pour l’abattage entre ‘Eid al-Adha et le dernier des trois jours qui le suivent. L’udhiyah doit répondre aux spécifications de sacrifice.

Définition lexicale de Odhiya : Le mot udhiyah ou Odhiya est dérivé du terme ad-duha [en milieu de matinée].

Quand ont lieu les sacrifices de Aid Al Adha (Qurbani) ?

Le sacrifice d ela bête (Odhiya) a lieu après la prière de l’Aïd lors de l’Aïd al-Adha, du 10 au 12 Dhul-Hijjah. Cette année, le premier jour de l’Aïd al-Adha sera le 8 ou le 9 juillet 2022  (selon l’observation de la lune) .

Tout sacrifice fait avant la prière de l’Aïd est compté comme une Sadaqa, et non comme le Sacrifice obligatoire ; si vous faites cela, vous devez toujours effectuer le sacrifice après la prière de l’Aïd.

Jundab bin Sufyan Al-Bajali a rapporté : «J’ai été témoin du Prophète (saw) le jour de Nahr (ou jour de l’Aïd). Il (saw) a dit: «Celui qui égorge le sacrifice avant d’offrir la prière de l’Aïd ; devrait égorger un autre sacrifice à sa place; et quiconque n’a pas encore abattu son sacrifice, qu’il l’abatte maintenant’“. (Boukhari)

Le sacrifice d’Al-Odhiya (Qurbani) est -il obligatoire ?

Le Prophète (saws) a dit (le jour de l’Aïd) ; ‘La première chose que nous ferons en ce jour qui est le nôtre ; est d’offrir la prière (de l’Aïd) et ensuite de revenir pour faire le sacrifice. Quiconque le fait, il a agi selon notre Sunnah…’  (Bukhari)

Selon l’école de pensée hanafite, le sacrifice d’Al Odhiya est wajib et est considéré comme obligatoire. La différence entre le  fard et  le wajib est que  les actions du fard sont obligatoires sur la base de preuves définitives, alors qu’il existe une certaine incertitude quant à savoir si les actions du wajib sont définitivement obligatoires ou non. 

Cependant,  les actions wajib sont toujours fortement recommandées et, dans l’école de pensée hanafite ; elles sont considérées comme des obligations pour les musulmans, c’est-à-dire qu’il ne faut pas délibérément les manquer.

Selon l’école de pensée Shafi’i, le sacrifice d’un ebête (Udhiya) est sunnah mu’akadah. Cela signifie qu’elle est fortement recommandée en tant que Sunnah confirmée, mais qu’elle n’est pas obligatoire.

L’opinion Maliki et Hanbali la plus connue est que le sacrifice Al-Odhiya (Qurbani) est une  sunnah mu’akadah ; cependant, dans certains points de vue, ils ont dit que c’était obligatoire. 

Quelle que soit l’école que vous suivez, exécuter le sacrifice Aid Al Adha apporte une grande récompense car c’est quelque chose que le Prophète (saw) a fait personnellement et a encouragé ses disciples à faire aussi.

Qui doit offrir le sacrifice Aid El Ahdha (Qurbani) ?

L’école Hanafi stipule qu’un musulman adulte et sain d’esprit qui possède la valeur Nisab doit donner un Qurbani. Donc, si vous êtes éligible pour payer la Zakat, vous devez offrir un Qurbani.

Les  écoles Maliki et Hanbali stipulent que la personne responsable du ménage peut faire le Qurbani en son nom. 

‘Ata bin Yasar a rapporté: ‘J’ai demandé à Abu Ayoub (Al-Ansari) comment les sacrifices (d’animaux) étaient faits à l’époque du Messager d’Allah (saw). Il a dit : « Un homme sacrifierait un mouton pour lui-même et les gens de sa maison ». (Tirmidhi)

Que dois-je faire si j’ai raté le sacrifice Odhiya l’an dernier ?

Si vous avez raté le sacrifice Udhiya l’année précédente, vous pouvez le rattraper cette année en sacrifiant un animal supplémentaire.

Toutefois, vous pouvez compenser le non sacrifice d’une bête, en offrant la valeur marchande d’un mouton/chèvre aux pauvres. Vous pouvez le faire via plusieurs associations islamiques en France.

Combien d’animaux dois-je sacrifier durant Aid Adha ?

Une Udhiya est soit un petit animal, comme un mouton ou une chèvre ; soit une part dans un animal plus gros, comme une vache ou un chameau. Ni l’un ni l’autre n’est plus gratifiant, c’est-à-dire que les deux remplissent votre obligation.

Vous pouvez également choisir de suivre la Sunnah du Prophète qui avait l’habitude d’effectuer un sacrifice supplémentaire au nom de sa Ummah.

‘Le Prophète (saws) a sacrifié pour celui qui ne pouvait pas sacrifier de sa Ummah, celui qui a témoigné de l’Unicité d’Allah et de (sa) Prophétie’. (Tabarani et Ahmad)

En suivant la Sunna et en doublant votre sacrifice, vous pouvez doubler votre récompense et nourrir davantage de familles dans le besoin.

Quand dois-je donner mon sacrifice Udhiya ?

La plupart des gens choisissent de faire un don durant le mois de Dhul-Hijjah, mais certains donneront leur sacrifices jusqu’à un mois avant l’Aïd. 

Toutefois, les sacrifices des bêtes sont faits après la prière de l’Aïd, pendant les trois jours de l’Aïd.

Puis-je me couper les ongles ou les cheveux si je donne un Qurbani ?

Il est recommandé également que celui qui a l’intention de donner le Qurbani ne se coupe pas les cheveux ou les ongles, à partir du premier jour de Dhul-Hijjah jusqu’après le sacrifice.

Le Prophète (saws) a dit : “Quand les dix jours (de Dhul-Hijjah) commencent et que l’un de vous a l’intention de se sacrifier, qu’il ne se coupe ni les cheveux ni les ongles”. (Muslim)

Quand le Qurbani est-il distribué ?

Qurbani est distribuée à ceux qui en ont besoin pendant les jours de l’Aïd al-Adha.

Que dois-je dire quand je sacrifie Al Oudhiya de Aid Al Adha ?

Lors de l’exécution du sacrifice, il faut mentionner le nom d’Allah et le glorifier.

On devrait donc dire “Bismillah, Allahu Akbar. Oh Allah, c’est de toi et pour toi “. Après le sacrifice, ils on doit dire : « Ô Allah, accepte ceci de moi ».

À qui dois-je donner mon Qurbani ?

Il faut distribuer votre sacrifice aux personnes qui en ont le plus besoin.

Qu’est-ce qu’un Qurbani prophétique ?

‘Le Prophète (saws) a sacrifié pour celui qui ne pouvait pas sacrifier de sa Ummah, celui qui a témoigné de l’Unicité d’Allah et de [sa] Prophétie’. [Tabarani et Ahmad]

Après avoir rempli son obligation personnelle, le Prophète (saws) a sacrifié une bête supplémentaire ; au nom des musulmans qui n’avaient pas les moyens de le faire. 

N’oubliez pas, Al oudhia est une action spirituelle et une chance de se rapprocher d’Allah ! Vous pouvez également en savoir plus sur l’ histoire d’Al Udhiya et pourquoi nous faisons ce sacrifice annuel sur notre site.

Nous espérons avoir répondu à toutes vos questions, inchallah, mais n’oubliez pas si vous avez d’autres questions, n’hésitez pas à laisser un commentaire.

Animaux non considérés comme udhiyah

– Animaux abattus à des fins autres que pour adorer Dieu Tout-Puissant ; tels que ceux destinés à vendre, manger ou nourrir des invités.
– Les animaux abattus à des jours autres que ceux spécifiés pour l’abattage même s’ils sont destinés au culte de Dieu.
– Les animaux abattus les jours autres que ceux entre ‘Aïd al-Adha et les trois jours qui le suivent ; même en adoration de Dieu.
– Animaux abattus pour la ‘aqiqa [sacrifice fait pour un nouveau-né].
– Animaux abattus lors du hajj soit pour tammattu’ [omrah ] ou qiran [accomplir le hajj et ‘omra simultanément].
– Les animaux abattus en expiation pour avoir négligé un rite obligatoire ou commis un acte prohibé pendant le hajj.
– Animaux sacrifiés dans le but général d’offrir de la viande aux pauvres dans l’enceinte sacrée.

But de l’oudhiyah

L’udhiyah a été donc légiféré pour montrer la gratitude à Allah pour la bénédiction d’être témoin des jours vertueux de Dhul-Hijjah, et [en commémoration du sacrifice d’Abraham en remerciement à Dieu pour avoir épargné la vie de son fils, Ismail. De même, c’est une expression de sa gratitude pour le succès de faire de bonnes actions pendant ces jours bénis qui sont les meilleurs de l’année et par lesquels Dieu Tout-Puissant jure un serment dans le Coran : « Par l’aube, et par les dix nuits » (sourate El Ghachia 89:1-2).

Ibn ‘Abbas a rapporté que le Messager de Dieu (paix et bénédictions sur lui) a dit: “Aucune bonne action accomplie les autres jours n’est supérieure à celles accomplies ces jours-ci [les dix jours de Dhul-Hijjah].” Les compagnons ont demandé: “O Messager de Dieu, même pas combattre dans la voie de Dieu [Ar.jihad]?” Il a dit: “Pas même le djihad, sauf pour l’homme qui met sa vie et sa richesse en danger [pour l’amour de Dieu] et revient sans ni l’un ni l’autre” (enregistré par Bukhari et d’autres).

Un temps pour se réjouir

L’Islam enseigne à ses disciples à se réjouir pour l’amour de Dieu Tout-Puissant et par Sa grâce. ‘Eid al-Fitr [la fête célébrant le point culminant de la période de jeûne du Ramadan] et ‘Eid al-Adha sont des moments de réjouissance pour l’obéissance à Dieu et pour le succès accordé par Dieu pour faire de bonnes actions et lui plaire. 

De cette manière, un musulman s’habitue à dédier toutes ses actions ; que ce soit de joie ou de chagrin, de donner ou de s’abstenir, sa vie et sa mort ; à Dieu Tout-Puissant.

Preuve scripturaire et consensus de la communauté

– Dieu Tout-Puissant dit : « Priez donc votre Seigneur et sacrifiez [à Lui seul] » (Coran 108 : 2). Ce verset signifie donc qu’il faut accomplir la prière de l’Aïd, puis abattre les animaux sacrificiels, c’est-à-dire les chameaux et autres animaux d’élevage [c’est-à-dire les vaches et les moutons].

– Le rite sacrificiel est à la fois une sunna verbale [sunnah qawliyah] et une sunnah active [sunnah fi’liya] c’est-à-dire les actes que le Prophète exhortait les musulmans à accomplir et qu’il pratiquait lui-même.

– Abu Huraira a rapporté également que le Messager de Dieu (paix et bénédictions soient sur lui) a dit: “Quiconque a les moyens et n’offre pas de sacrifice, qu’il ne s’approche pas de notre musalla [lieu de prière]” (Ibn Majah ).

– Anas (que Dieu soit satisfait de lui) a rapporté que le Prophète (paix et bénédictions soient sur lui) ; a sacrifié deux béliers noirs et blancs à cornes. Il les a massacrés lui-même, a invoqué le nom de Dieu sur eux et l’a glorifié et a placé son pied sur leurs côtés (tout en sacrifiant) (Muslim).

– Il existe un consensus parmi les musulmans sur la légitimité de l’udhiyah.

Décision légale sur l’udhiyah

Il est permis ainsi à sept familles (ou sept personnes) de partager le sacrifice d’une vache ou d’un chameau. Jābir bin Abdillāh (radiyallāhu ‘anhu) a dit que le Messager d’Allah (salallāhu ‘alaihi wasallam) a déclaré : الْبَقَرَةُ عَنْ سَبْعَةٍ وَالْجَزُورُ عَنْ سَبْعَةٍ

“Une vache est partagée entre sept et un chameau est partagé entre sept.” (Abu Dāwūd)

– La majorité des érudits soutiennent qu’il s’agit d’une sunna établie – une personne qui ne l’exécute pas n’est pas blâmable bien que celle qui est capable de l’accomplir manque de grandes bénédictions en la négligeant.

– ‘Aisha (que Dieu soit satisfait d’elle) a rapporté que le Prophète (paix et bénédictions soient sur lui) a dit ; « Il n’y a rien de plus cher à Dieu pendant les jours de sacrifice que de sacrifier des animaux. L’animal sacrifié viendra le Jour du Jugement avec ses cheveux, ses cornes et ses sabots intacts. Il est accepté par Dieu avant que son sang n’atteigne le sol. Alors, faites le sacrifice avec un cœur consentant ” (Ibn Majah, al-Tirmidhi).

– Certains érudits, dont Abou Hanifa et Malik dans l’une de ses deux opinions ainsi ont soutenu que le sacrifice est un rite obligatoire.

– Certains érudits ont soutenu également, que c’est un sunnat ‘ayn [c’est-à-dire qu’il ne rapporte une récompense qu’à la personne qui l’accomplit]. D’autres – y compris les Shafi’is et les Hanbalis – ont soutenu qu’il s’agit à la fois d’un sunnat ‘ayn pour la personne qui le fait en son propre nom et d’un sunnat kifaya [sunnah collective] dont la récompense s’étend aux membres du ménage de la personne. l’exécutant.

Cliquez pour commenter

Laisser un message

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *