Suivez nous

10 choses que vous utilisez tous les jours inventées par des musulmans

Outre la première université et même la brosse à dents, les musulmans ont inventé de nombreuses choses surprenantes qui ont façonné le monde dans lequel nous vivons aujourd’hui.

Les origines de ces idées et objets fondamentaux sont au centre de “1001 Inventions” ; un livre célébrant l’histoire oubliée de 1000 ans d’héritage musulman. Vous trouverez dans ce papier dix inventions musulmanes exceptionnelles que nous utilisons encore aujourd’hui.

Café

Il y a plus de douze cents ans, des gens qui travaillant dur, se sont battus pour rester éveillés sans ce stimulant ; jusqu’à ce qu’un troupeau de chèvres curieuses et leur maître vigilant, un Arabe nommé Khalid, découvrent cette substance simple mais qui change la vie.

Alors que ses chèvres paissaient sur les pentes éthiopiennes, il remarqua qu’elles étaient devenues vives et excitées après avoir mangé une baie particulière. Au lieu de simplement manger les baies, elles ont été prises et bouillies pour créer « al-qahwa ».

Horloges

Un homme ingénieux appelé Al-Jazari de Diyarbakir dans le sud-est de la Turquie était un musulman pieux et un ingénieur hautement qualifié, qui a donné naissance au concept des machines automatiques.

En 1206, al-Jazari avait fabriqué de nombreuses horloges de toutes formes et tailles. Tout comme nous avons besoin de temps aujourd’hui pour structurer nos vies, les musulmans en avaient besoin il y a plus de sept cents ans. Al-Jazari s’en tenait à la longue tradition musulmane de l’horlogerie.


L’horloge à éléphant était une invention médiévale d’al-Jazari , consistant en une horloge à eau alimentée par un poids sous la forme d’un éléphant d’Asie.

Caméra

Ibn al-Haitham a révolutionné l’optique, faisant passer le sujet de la vision d’un sujet discuté philosophiquement à une véritable science basée sur des expériences. Il a rejeté l’idée grecque selon laquelle une lumière invisible émise par l’œil provoquait la vue. Il a plutôt déclaré à juste titre, que la vision était causée par la lumière réfléchie par un objet et pénétrant dans l’œil.

En utilisant une pièce sombre avec un trou d’épingle d’un côté et une feuille blanche de l’autre, il a fourni la preuve de sa théorie. La lumière est venue par le trou et a projeté une image inversée des objets à l’extérieur de la pièce sur la feuille d’en face. Il appelait cela le « qamara ». C’était la première camera obscura au monde

La propreté

La foi d’un musulman est basée sur la pureté et la propreté, que ce soit sous sa forme physique ou spirituelle. Dans le monde islamique du Xe siècle, les produits que l’on retrouve dans les armoires de salle de bain et les pratiques d’hygiène pouvaient rivaliser avec ceux que nous avons aujourd’hui.

Au 13ème siècle, le même ingénieur, Al-Jazari, a écrit un livre décrivant les dispositifs mécaniques, y compris les machines “woudhou”. Cette machine était mobile, et elle était amenée devant un invité. L’invité tapait alors la tête et l’eau s’ensuivait en huit courtes rafales, fournissant suffisamment d’eau pour les ablutions. Cette méthode est également un manière d’économiser l’eau.

Les musulmans voulaient être vraiment propres et ne pas se contenter de s’asperger d’eau. Ils fabriquaient donc du savon en mélangeant de l’huile (généralement de l’huile d’olive) avec de l'”Al-Qali”, une substance semblable au sel. Cela a ensuite été bouilli pour obtenir le bon mélange, laissé durcir et utilisé dans les hammams et bains publics.

Al-Kindi a également écrit un livre sur les parfums intitulé “Livre de la chimie du parfum et des distillations”. Il était surtout connu comme philosophe, mais était aussi pharmacien, ophtalmologiste, physicien, mathématicien, géographe, astronome et chimiste. Son livre contenait plus d’une centaine de recettes d’huiles parfumées, de baumes et d’eaux aromatiques. La tradition séculaire de la parfumerie a été rendue possible par les chimistes musulmans et leurs méthodes de distillation : ils distillaient des plantes et des fleurs et fabriquaient des parfums et des substances pour la pharmacie thérapeutique.

Universités

La quête du savoir est chère au cœur des musulmans. Dans le Coran, ils sont invités à rechercher la connaissance, à observer et à réfléchir. Alors Fatima al-Fihri, une jeune femme dévote et pieuse, a voulu doter la communauté de Fès d’un centre d’apprentissage. Comme certaines des grandes mosquées, al-Qarawiyin à Fès est rapidement devenue un lieu d’instruction religieuse et de discussion politique. Elle a progressivement étendu son enseignement à toutes les matières, en particulier aux sciences naturelles, et a ainsi gagné son nom comme l’une des premières universités de l’histoire.

Outre l’astronomie, il y avait des études sur le Coran et la théologie, le droit, la rhétorique ; l’écriture de prose et de vers, la logique, l’arithmétique, la géographie et la médecine. Il y avait aussi des cours de grammaire, d’histoire musulmane et des éléments de chimie et de mathématiques. Cette variété de sujets et la haute qualité de son enseignement ont attiré des universitaires et des étudiants de partout.

Machine volante

Abbas Ibn Firnas a été la première personne à tenter réellement de construire une machine volante et de voler. Au 9ème siècle, il a conçu un appareil ailé qui ressemblait à peu près à un costume d’oiseau.

Lors de son essai le plus célèbre, près de Cordoue en Espagne, Firnas a volé quelques instants vers le haut, avant de s’effondrer au sol et de se casser partiellement le dos. Ses créations auraient sans aucun doute inspiré le célèbre artiste et inventeur italien Léonard de Vinci quelque six cents ans plus tard.

Instruments chirurgicaux

Si nous remontions au 10ème siècle, nous pourrions regarder par-dessus l’épaule d’un scientifique musulman de pointe appelé Abul Qasim Khalaf ibn al-Abbad al-Zahrawi, un homme connu en Occident sous le nom d’Abulcasis. Il a écrit al-Tadrif, son encyclopédie médicale qui comprenait un traité intitulé “Sur la chirurgie”.

Cela contenait une collection stupéfiante de plus de deux cents outils chirurgicaux. L’utilisation d’instruments chirurgicaux était un concept révolutionnaire car il permettait à la science de passer d’une spéculation à quelque chose d’expérimental. Ce fut le premier traité de l’histoire de la médecine à illustrer l’utilisation d’instruments chirurgicaux. En fait, leur conception était si précise qu’ils n’ont subi que quelques changements en un millénaire. Ce sont ces illustrations qui ont jeté les bases de la chirurgie en Europe.

Cartes géographique

Mohammad Al-Idrisi a dessiné une carte du monde en Sicile en 1154 et on dit que c’est l’une des cartes du monde antiques les plus avancées.

Le virus du voyage avait mordu les musulmans du 7ème siècle, et ils ont rapidement commencé à quitter leurs maisons pour le commerce et pour des raisons religieuses, pour explorer le monde dans lequel ils vivaient. Ils ont parcouru des itinéraires, rassemblant parfois simplement des connaissances sur de nouveaux endroits. Quand ils sont revenus, ils ont rendu compte des voies qu’ils avaient parcourues et des personnes et sites qu’ils avaient rencontrés. Ce fut d’abord le bouche à oreille. Mais avec l’introduction du papier à Bagdad au VIIIe siècle, les premières cartes et guides de voyage purent être produits.

Musique

Les artistes et chanteurs du XXe siècle savent-ils qu’une grande partie de leur art est entre les mains de musulmans du IXe siècle ? Ces artistes, al-Kindi en particulier, utilisaient la notation musicale : le système d’écriture de la musique. Ils ont également nommé les notes d’une gamme musicale avec des syllabes au lieu de lettres, appelée solmisation. Ces syllabes constituent la gamme de base de la musique d’aujourd’hui : doh, ray, me, far, so, la, tee. L’alphabet arabe pour ces notes est Dal, Ra, Mim, Fa, Sad, Lam, Sin. La similitude phonétique entre l’échelle d’aujourd’hui et l’alphabet arabe utilisé au IXe siècle est étonnante. En plus de cela, les musulmans développaient également des instruments de musique.

Algèbre

Le mot “algèbre” vient du titre du célèbre traité du IXe siècle d’un mathématicien persan “Kitab al-Jabr Wa l-Mukabala”. Qui se traduit approximativement par “Le livre du raisonnement et de l’équilibre”. Al-Khwarizmi introduit les débuts de l’algèbre. Il est important de comprendre à quel point cette nouvelle idée était importante. En fait, c’était un changement révolutionnaire par rapport au concept grec des mathématiques, qui était essentiellement basé sur la géométrie. Le même mathématicien, Al-Khwarizmi, a également été le premier à introduire le concept d’élever un nombre à une puissance.

Source mvslim.com

1 Commentaire

1 Commentaire

  1. Duc

    5 avril 2022 dans 16h35

    Quelle vaste blague ! Tout cela avait déjà été inventé par les Grecs, les Romains et les Chinois

Laisser un message

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *